Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bulletin de l'Union Santé Départemental CGT de l'Orne
  • Bulletin de l'Union Santé Départemental CGT de l'Orne
  • : Reflets de la dynamique syndicale C.G.T. de la Santé et de l'Action Sociale de l'Orne
  • Contact

Recherche

24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 11:21

Que l’on soit usager ou hospitalier on ne peut accepter de voir notre hôpital se déshumaniser .

Avec vous , la CGT dénonce cet état d’esprit qui consiste au nom d’une rentabilisation à formatiser les soins en oubliant la personne soignée.

Aujourd’hui le compte n’y est toujours pas. Malgré la pétition de plus de huit mille signatures, malgré les instances , malgré le refus des personnels du plan de retour à l’équilibre qui ne porte que sur des pseudo économies, faites par des suppressions de poste non médicaux , la direction reste sur sa lancée .

Elle ne revient pas sur l’absence de perspectives et de développement . Son management est le management du renoncement. Sa comptabilité analytique ne prend pas en compte qu’il faut pour faire des soins : des rapports humains, de la confiance et que cela demande du temps et de la patience.

On traite l’hôpital aujourd’hui comme si on était dans une fabrique de matériel outil ou un garage .

On indique au nom d’une politique de rentabilité au professionnel du soin, combien de temps il doit passer à la toilette, comment rentabiliser le temps dédié au repas et comment passer moins de temps auprès des familles : le dernier exemple est le gilet que devrait porter l’infirmière lors de la distribution des médicaments. Au dos de ce gilet est écrit : « ne pas me déranger, risque d'erreur, distributions de médicaments »!!

On le voit de plus en plus, parce que l’on est moins nombreux, parce que la charge de travail augmente, on rabote sur les relations humaines qui font partie entière du soin et c’est donc sur la qualité des soins que l’on souhaite faire des économies.

Les usagers ne sont pas mieux lotis, on attend d’eux de la discipline. On souhaite que pour la même pathologie , la personne de 25 ou 80 ans guérisse dans le temps qui lui est accordé ; ainsi packegetiser, le patient devient client ,le soin devient prestation et le temps passé devient rentable et le directeur devient rentier . C’est inacceptable

La santé n’est pas une marchandise, le personnel n’est pas une unité de production et l’usager n’est pas un objet inanimé .L’humain doit rester la priorité dans l’élaboration et dans l’organisation des soins .

Dans le même temps les locaux qui accueillent les salariés et les usagers doivent être sécurisés et fonctionnels, ce qui est loin d’être le cas. Le taux de vétusté des bâtiments du CHIC est supérieur à la moyenne nationale .On prend des bureaux pour en faire des salles de soins qui sont inadaptés . On divise en deux des surfaces qui deviennent des cagibis ou l’on cloitre des secrétaires. Certains locaux où l’on reçoit les familles n’ont pas été rénové depuis 40 ans .On fait des pansements sur une jambe de bois qui couterons au final, dix fois plus chers que la construction d’un nouvel établissement .

Le CHIC à longtemps été oublier par les tutelles et les organismes qui étaient censés réguler le territoire. Je parle bien de l’Agence Régionale de Santé qui a laissé faire. Qui savait la gestion économique catastrophique. Qui connaissait le taux de vétusté des bâtiments, l’usure des matériels .

Aujourd’hui cette même entité vient nous dire ici, que c’est en supprimant du personnel auprès des patients que l’on pourra espérer avoir de l’investissement.

C’est pour lui réaffirmer notre refus de cette politique et lui rappeler sa responsabilité dans l’état actuel de notre établissement que nous manifestons

C’est pour lui dire que l’hôpital de demain doit être publique, au service de la population, dans une dimension humaine

A la CGT nous sommes pour :

-Une réelle politique d’investissement pérenne, réfléchie avec les acteurs de terrain et non subordonnés au dégraissement de la masse salariale.

-Une réorganisation des soins veillant à la non détérioration de la qualité de vie au travail tout en développant l’amélioration de la prise en charge des patients dans leur globalité faire obligation aux banques de revenir aux investissements dans la fonction hospitalière publique.

-Le respect des salariés, de leur travail et de leurs attentes Pour le développement d’activité en y mettant les moyens en matériel et personnel Un véritable dialogue social avec la prise en compte des aspirations des acteurs de terrain par la direction et nos tutelles

Nous sommes ici parce que cet établissement est le nôtre, parce que nous sommes par notre travail des créateurs de richesses de cet établissement.

Parce que nous sommes des usagers qui ont confiance en l’avenir de notre hôpital et parce que personne ne nous enlèvera le droit d’être soigné en tant qu’être humain responsable .

Partager cet article

Repost 0
Published by usdcgt61
commenter cet article

commentaires