Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bulletin de l'Union Santé Départemental CGT de l'Orne
  • Bulletin de l'Union Santé Départemental CGT de l'Orne
  • : Reflets de la dynamique syndicale C.G.T. de la Santé et de l'Action Sociale de l'Orne
  • Contact

Recherche

12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 15:29

La CGT a été reçue ce jour à la Préfecture de région par Monsieur BOUAOUICH, chef de cabinet du Préfet de région.

La délégation CGT était composée de :

Patrick GUILLEMIN et Claire LEMOINE pour le Centre Psychothérapique de l'Orne (CPO)

Pascal LAMARCHE pour le Centre Hospitalier Intercommunal Alençon Mamers (CHIC)

Jean Charles RISBEC pour le Comité Régional CGT

Bruno LECHAFTOIS pour la Coordination Régionale CGT santé Action Sociale.

 

L'objet de notre rencontre était de poser les bonnes questions au sujet de l'ouverture d'un Centre pénitentiaire à Condé sur Sarthe, à 7 km d'Alençon, au lieu dit « La folie ».

Les questions de logement des personnels et de leurs familles, de scolarité de nouveaux enfants, de transports ou de politique sociale restent malheureusement sans réponse.

Les questions relatives à la santé publique devront, selon le représentant du Préfet, être traitées par l'Agence Régionale de santé (ARS) ; néanmoins, nous avons fait part des problèmes budgétaires insuffisants dans la dotation donnée aux deux établissements pour créer la structure indispensable de soins de cette nouvelle prison ; nous avons aussi abordés la sécurisation des lieux dans les hôpitaux et les formations des personnels.

 

Monsieur BOUAOUICH nous a annoncé que le Préfet interviendrait auprès de son homologue de l'Agence Régionale de Santé pour que nous soyons enfin reçus. D'autre part, le Préfet devrait intervenir auprès des ministères concernés pour que la population soit correctement informée.

L'annonce dans un journal de l'Orne du retard d'ouverture de ce centre n'est pas du, comme le dit le Directeur du Centre Pénitentiaire, aux Centres hospitaliers d'Alençon et leurs personnels mais au budget octroyé par l'ARS et le Ministère pour les soins des détenus.

Partager cet article

Repost 0

commentaires